Anorexie Nerveuse : Prévention, Conseils, Solutions (2/2)

anorexie 2

Les problèmes liés à l’alimentation et au poids sont en fait les symptômes d’un problème plus profond : dépression, anxiété, solitude, insécurité, pression pour être parfait, ou sentiment de ne pas avoir le contrôle. Des problèmes qu’aucun régime ou perte de poids ne peut guérir.

Pour surmonter l’anorexie, vous devez d’abord comprendre qu’elle répond à un besoin dans votre vie. Par exemple, vous vous sentez peut-être impuissant dans de nombreux domaines de votre vie, mais vous pouvez contrôler ce que vous mangez. Dire « non » à la nourriture, tirer le meilleur parti de la faim et contrôler le nombre sur l’échelle peut vous donner un sentiment de force et de réussite, du moins pendant un court moment. Vous pouvez même en venir à apprécier votre faim comme un rappel d’un « talent spécial » que la plupart des gens ne possèdent pas.

L’anorexie peut également être un moyen de vous distraire des émotions difficiles. Lorsque vous passez la plupart de votre temps à penser à la nourriture, aux régimes et à la perte de poids, vous n’avez pas à faire face à d’autres problèmes dans votre vie ou à des émotions compliquées. Restreindre la nourriture peut provoquer un engourdissement émotionnel, vous anesthésier des sentiments d’anxiété, de tristesse ou de colère, voire remplacer ces émotions par un sentiment de calme ou de sécurité.

Malheureusement, le coup de fouet que vous recevez en vous affamant ou en perdant des kilos est de très courte durée et, à un moment donné, il ne vous sera plus bénéfique du tout. Les régimes et la perte de poids ne peuvent pas réparer l’image négative de soi qui est au cœur de l’anorexie. La seule façon d’y parvenir est d’identifier le besoin émotionnel que la privation de nourriture comble et de trouver d’autres moyens d’y répondre.

Conseil n°2 : apprenez à tolérer vos sentiments

Identifier les problèmes sous-jacents qui sont à l’origine de votre trouble alimentaire est le premier pas vers la guérison, mais la perspicacité seule ne suffit pas. Disons, par exemple, que le fait de suivre des règles alimentaires restrictives vous donne un sentiment de sécurité et de puissance. Lorsque vous supprimerez ce mécanisme d’adaptation, vous serez confronté aux sentiments de peur et d’impuissance que votre anorexie vous a permis d’éviter.

Reconnecter avec vos sentiments peut être extrêmement inconfortable. C’est pourquoi vous pouvez vous sentir plus mal au début de votre rétablissement. Mais la solution n’est pas de revenir aux habitudes alimentaires destructrices que vous aviez l’habitude de prendre pour vous distraire ; il s’agit d’apprendre à accepter et à tolérer tous vos sentiments, même les plus négatifs.

Utiliser la pleine conscience pour faire face aux émotions difficiles

Lorsque vous commencez à vous sentir accablé par la négativité, l’inconfort ou l’envie de limiter votre consommation de nourriture, prenez un moment pour arrêter ce que vous faites et enquêter sur ce qui se passe à l’intérieur.

Identifiez l’émotion que vous ressentez. S’agit-il de culpabilité ? De la honte ? De l’impuissance ? De la solitude ? De l’anxiété ? Déception ? Peur ? Insécurité ?

Acceptez l’expérience que vous vivez. L’évitement et la résistance ne font que renforcer les émotions négatives. Essayez plutôt d’accepter ce que vous ressentez sans vous juger.

Creusez plus profondément. Où ressentez-vous l’émotion dans votre corps ? Quelles sortes de pensées vous traversent l’esprit ?

Prenez de la distance. Réalisez que vous n’êtes PAS vos sentiments. Les émotions sont des événements éphémères, comme les nuages qui se déplacent dans le ciel. Elles ne définissent pas qui vous êtes.

Une fois que vous aurez appris à accepter et à tolérer vos sentiments, ils ne vous sembleront plus aussi effrayants. Vous réaliserez que vous avez toujours le contrôle et que les émotions négatives ne sont que temporaires. Une fois que vous aurez cessé de les combattre, elles disparaîtront rapidement.

De nouvelles façons de s’épanouir sur le plan émotionnel

Une fois que vous aurez compris le lien entre vos émotions et vos troubles alimentaires – et que vous pourrez identifier les facteurs déclenchants – vous devrez trouver des alternatives au régime alimentaire pour vous épanouir émotionnellement. Par exemple :

Si vous êtes déprimé ou solitaire, appelez quelqu’un qui vous fait toujours vous sentir mieux, prévoyez du temps en famille ou avec des amis, regardez une émission de comédie ou jouez avec un chien ou un chat.

Si vous êtes anxieux, dépensez votre énergie nerveuse en dansant sur votre musique préférée, en pressant une balle anti-stress, ou en faisant une promenade rapide à pied ou à vélo.

Si vous êtes épuisé, offrez-vous une tasse de thé chaud, faites une promenade, prenez un bain ou allumez des bougies parfumées.

Si vous vous ennuyez, lisez un bon livre, explorez le plein air, visitez un musée ou adonnez-vous à un passe-temps qui vous plaît (jouer de la guitare, tricoter, faire des paniers, faire du scrapbooking, etc.)

Conseil n°3 : Remettez en question les mentalités nuisibles

Les personnes anorexiques sont souvent perfectionnistes et dépassés. Ce sont les « bonnes » filles et les « bons » fils qui font ce qu’on leur dit, qui essaient d’exceller dans tout ce qu’ils font et qui se concentrent sur le plaisir des autres. Mais même s’ils semblent avoir tout en commun, ils se sentent à l’intérieur d’eux-mêmes impuissants, inadaptés et sans valeur.

Si cela vous semble familier, voici la bonne nouvelle : ces sentiments ne reflètent pas la réalité. Ils sont alimentés par des modes de pensée irrationnels et auto-sabattants que vous pouvez apprendre à surmonter.

Des mentalités dommageables qui alimentent l’anorexie

Penser tout ou rien. À travers ce regard sévèrement critique, si vous n’êtes pas parfait, vous êtes un échec total. Vous avez du mal à voir les nuances de gris, du moins quand il s’agit de vous-même.

Raisonnement émotionnel. Vous croyez que si vous ressentez une certaine chose, elle doit être vraie. « Je me sens gros » signifie « Je suis gros ». « Je me sens désespéré » signifie que vous n’irez jamais mieux.

Les incontournables, les incontournables et les incontournables. Vous vous soumettez à des règles strictes (« Je ne dois pas manger plus de x calories », « Je dois avoir des A », « Je dois toujours garder le contrôle », etc.

Étiquetage. Vous vous donnez des surnoms en fonction de vos erreurs et de vos défauts perçus. « Je suis malheureux de mon apparence » devient « Je suis dégoûtant ». Faire une erreur devient « Je suis un « échec » ».

Catastrophe. On saute au pire des cas. Si vous reculez dans la reprise, par exemple, vous supposez qu’il n’y a aucun espoir de guérison.

Faites part de vos réflexions à la barre des témoins

Une fois que vous avez identifié les schémas de pensées destructrices par défaut, vous pouvez commencer à les remettre en question en posant des questions telles que

  •  « Quelle est la preuve que cette pensée est vraie ? Pas vraie ?
  •  « Que dirais-je à un ami qui a eu cette pensée ? »
  •  « Y a-t-il une autre façon de voir la situation ou une autre explication ? »
  •  « Comment pourrais-je envisager cette situation si je n’étais pas anorexique ? »

En contre-interrogeant vos pensées négatives, vous serez peut-être surpris de la rapidité avec laquelle elles s’effritent. Ce faisant, vous développerez une perspective plus équilibrée.

Conseil n°4 : Développer une relation plus saine avec la nourriture

Même si l’anorexie n’est pas fondamentalement liée à l’alimentation, avec le temps, vous avez développé des habitudes alimentaires néfastes qui peuvent être difficiles à rompre. Développer une relation plus saine avec la nourriture implique :

  • Retrouver un poids sain
  • Commencer à manger plus
  • Changer la façon dont vous pensez à vous et à la nourriture

Lâchez les règles rigides en matière d’alimentation. Si le fait de suivre des règles rigides peut vous aider à vous sentir en contrôle, c’est une illusion temporaire. La vérité, c’est que ces règles vous contrôlent, et non l’inverse. Pour aller mieux, vous devez lâcher prise. C’est un grand changement qui vous fera peur au début, mais jour après jour, ce sera plus facile.

Reprenez contact avec votre corps. Si vous êtes anorexique, vous avez appris à ignorer les signaux de faim et de plénitude de votre corps. Il se peut même que vous ne les reconnaissiez plus. L’objectif est de reprendre contact avec ces signaux internes, afin de pouvoir manger en fonction de vos besoins physiologiques.

Permettez-vous de manger tous les aliments. Au lieu d’interdire certains aliments, mangez ce que vous voulez, mais faites attention à ce que vous ressentez physiquement après avoir mangé différents aliments. Idéalement, ce que vous mangez devrait vous donner un sentiment de satisfaction et d’énergie.

Débarrassez-vous de votre balance. Au lieu de vous concentrer sur le poids en tant que mesure de votre valeur personnelle, concentrez-vous sur la façon dont vous vous sentez. Faites de la santé et de la vitalité votre objectif, et non un chiffre sur la balance.

Élaborez un plan de repas sain. Si vous avez besoin de prendre du poids, un nutritionniste ou un diététicien peut vous aider à élaborer un plan de repas sain qui comprend suffisamment de calories pour vous permettre de retrouver un poids normal. Vous pouvez le faire vous-même, mais vous ne savez probablement pas à quoi ressemble un repas ou une portion normale.

Aider une personne anorexique

Bien qu’il existe des moyens d’aider une personne souffrant d’un trouble alimentaire, vous ne pouvez pas la forcer à aller mieux. L’anorexie peut déformer la façon dont votre proche pense à son corps, au monde qui l’entoure et même à vos motivations pour essayer de l’aider. Ajoutez à cela l’attitude défensive et le déni qu’impliquent l’anorexie et vous devrez faire preuve de légèreté. Agiter des articles sur les effets désastreux de l’anorexie ou déclarer « vous allez mourir si vous ne mangez pas » ne marchera probablement pas. Une meilleure approche consiste à exprimer doucement vos préoccupations et à faire savoir à la personne que vous êtes disponible pour l’écouter. Si votre proche est disposé à parler, écoutez sans porter de jugement, même si la personne semble hors de portée.

Considérez-vous comme un « étranger ». En tant que personne ne souffrant pas d’anorexie, vous ne pouvez pas faire grand-chose pour « résoudre » l’état de votre proche. C’est à lui de décider en dernier ressort quand il sera prêt.

Encouragez votre proche à obtenir de l’aide. Plus un trouble alimentaire reste longtemps non diagnostiqué et non traité, plus il est difficile pour l’organisme et plus il est difficile à surmonter, alors incitez votre proche à consulter un médecin dès que possible.

Demandez conseil à un professionnel de la santé, même si votre ami ou membre de la famille ne veut pas. Vous pouvez également faire appel à d’autres personnes, des pairs aux parents, pour faire partie du cercle de soutien.

Soyez un modèle en matière d’alimentation saine, d’exercice physique et d’image corporelle. Ne faites pas de commentaires négatifs sur votre propre corps ou celui de quelqu’un d’autre.

N’agissez pas comme la police de l’alimentation. Une personne anorexique a besoin de compassion et de soutien, et non d’une figure d’autorité qui se tient au-dessus de la table avec un compteur de calories.

Évitez les menaces, les tactiques de peur, les accès de colère et les humiliations. N’oubliez pas que l’anorexie est souvent un symptôme de détresse émotionnelle extrême et se développe à partir d’une tentative de gérer la douleur émotionnelle, le stress et/ou la haine de soi. Une communication négative ne fera qu’aggraver la situation.

Si vous souhaitez prendre un rendez-vous auprès d’un psychothérapeute, alors il suffit de nous appeler ou remplir le formulaire de contact. Nous vous aiderons à fixer un rendez-vous près de chez vous et selon vos disponibilités.

Besoin d’un psy?

Des difficultés relationnelles, le stress au travail ou à l’école, des expériences traumatisantes, etc… peuvent être la cause des problèmes psychologiques. Mais bien souvent, on n’arrive pas à savoir quelle est réellement la raison de ce « mal-être ». Parfois, la solution viendra de vous-même, de votre famille ou de vos amis. Mais dans le cas contraire; consulter un psy peut vous aider. Naturellement vous êtes libre d’en choisir un par vous-même.

Thérapie de couple

Vous pensez que vous savez tout l’un de l’autre. Mais ce n’est pas si sûr, dans une thérapie individuelle, les personnes peuvent être confrontées à eux-mêmes, en thérapie de couple, c’est juste deux fois le même travail. Il est également possible que l’un de vos non-dits créés des tensions dans le couple, mais vous n’en avez jamais parlé.

Épuisement professionnel

Dans quel cas une aide peut être nécessaire ?
Si vous souffrez de stress, anxiété, crises d’angoisse, troubles du sommeil, phobie, dépression, burn-out, problèmes relationnels, violence, harcèlement, perte de motivation, timidité, manque de confiance en vous.

Les cabinets de Psychologue Paris 9ème

Sur notre site vous trouverez un aperçu des différents psychologues et des psychothérapeutes qui offrent une aide psychologique dans le 9ème arrondissement. Naturellement, les psychologues que vous trouverez sur ce site peuvent vous recevoir pour une thérapie individuelle ou de couple. À côté de cela, beaucoup d’entre eux offrent également des spécialisations, telles que la thérapie pour les enfants et / ou les adolescents, l’hypnose, la tabacologie et les Bilans QI.

Notre équipe de psychologues, psychothérapeutes et psychopraticiens se démarque par son approche professionnelle et humaine. Nous sommes déterminés à vous accompagner dans la création et la poursuite d’une vie riche et pleine de sens, ancrée dans vos valeurs les plus profondes.

Vous voulez en savoir plus sur nous? Alors jetez un oeil à notre page de profil.

Nous vous invitons…

Nous vous invitons à prendre rendez-vous avec un de nos psychologues, psychothérapeutes et psychopraticiens afin de faire un premier pas vers le changement que vous désirez. Si vous désirez obtenir de plus amples informations ou si vous avez des questions, n’hésitez pas à nous téléphoner. Vous pouvez prendre un rendez-vous par téléphone ou en envoyant un email au cabinet des Psychologues de Paris 9 (à l’attention du psychologue ou psychothérapeute de votre choix).

Menu